New Partner Schools and Company

What a joy to welcome our three new Partner Institutions!

Read more
  • #PdL50years
  • #PdL2023
  • #PrixdeLausanne

Episode 1

How to get selected for the Prix de Lausanne with Kathryn Bradney

In today’s episode, we are speaking with the Prix de Lausanne’s Artistic & Executive Director, Kathryn Bradney, to discover who gets selected for the competition and how. 

Our podcast is also available on YouTube, Spotify, Apple PodcastsRSS, and Google Podcasts.

 

Audio

Share

×

Transcripts

Cet épisode a été enregistré en anglais. Vous pouvez retrouver sa transcription en français dans l’onglet suivant.

Hello everyone. You’re listening to the first episode of the Prix da Lausanne from within podcast. In this podcast, we will talk with some of the key figures of the 50 years of history of the Prix de Lausanne, to have an insight into their professional opinions and shed some light on the most curious, complex, and burning issues in a professional dancer’s career path.

In this first episode, we will tackle one of our top trending questions: how to get selected for the Prix de Lausanne. Naturally, we chose the most expert guest for this first topic: Artistic and Executive Director of the Prix de Lausanne, Kathryn Bradney, former Principal Dancer and Ballet Master with the Béjart Ballet Lausanne.

 

– Hi Kathy.

– Hi Jennifer.

So the next competition, which happens to be the 50th anniversary of the Prix de Lausanne, is getting closer. How does it make you feel? What are you looking forward to?

I’m very excited about this 50th year anniversary. Imagine 50 years of a ballet competition that started so small and has become so big and so important in the world. So, I’m looking forward to greeting our Finalists, our Prize Winners from the past and to celebrate this great anniversary.

So, tell us, how do you get into the competition? How do you select the candidates?

Well, we have a preselection by video in the month of October, where we have a nine-member Jury watching over 400 videos in four days, so we have square eyes. Meaning that we watch every video which is from 10 to 15 minutes long, and we judge individually without a discussion, as the Prix de Lausanne does, because every jury member has their own background and their own taste. We have our criteria for talent, artistry, technique, physique. So, everything is evaluated and controlled very closely.

Are there any quotas, such as nationality?

No, there are no quotas at all. We see each video anonymously, so we don’t see the candidate’s name, we don’t see the country and we don’t see the school. So, every candidate is really judged for their own talent and especially potential.

Why are there so few participants from the Middle East or from Africa? Ann Wixley became a Prize Winner in 1998, and Leroy Mokgatle in 2016, both South African dancers. And in 2021, Egyptian dancer Luca Abdel Nour has also become a Prize Winner. There is obviously no lack of talent in these parts of the world. So why are there so few participants from there?

Well, I think there are few participants because there are few ballet schools in Africa and the Middle East. Probably, one reason is financial difficulties. Sometimes countries have financial problems, and classical ballet can be very expensive if you don’t have a scholarship. At the Prix de Lausanne, we are lucky to be able to help financially many candidates. We have generous benefactors that help us pay their travels and hotel stay coming to the Prix de Lausanne. We also realize that in some Muslim countries, ballet is not really permitted. I spoke with Luca Abdel Nour, and he said that he had difficulties as a young dancer, finding support, and emotional support actually, to become a dancer. So, it’s really a combat that I wish to have an evolution in for the next 50 years for the Prix de Lausanne and develop more classical ballet in the Middle East and in Africa.

We look forward to seeing this progress. Another burning issue or question is: how do you choose the Jury and are there any quotas around this topic?

Actually, there are quotas for the Jury. We have criteria where we try to get Jury Members from the five continents in the world at least every two years. So different nationalities, division men, women, a balance between Prize Winners and Directors of our partner companies and schools. So, it is a lot of work finding Jury Members and I start actually looking for them even before the Prix [de Lausanne] of the previous year. So, it’s a year-round job.

We look forward to the 2023 Jury announcements, very much so. So how do you make sure that they remain impartial and what happens if one of the Jury Members has a student of his amongst the participants?

Well, actually, I research their background to make sure that their history is a positive one, that they are part of our partner schools and companies that have been evaluated by the Prix de Lausanne, and if they have one of their own students in the present they are not allowed to vote. So, this actually is fair for the candidate, because the vote becomes divided between eight jury members and not nine jury members, so it doesn’t penalize the candidate.

Thank you. You have started your Prix de Lausanne journey about 16 years ago. You must have tons of funny anecdotes and inspiring stories. Would you care to elaborate on one of those today?

Yes, well, left the Béjart Ballet [Lausanne] as a professional dancer, and so I was looking for my next step in my career, and Prix de Lausanne said: well, why don’t you come and be a Jury Member for the preselection videos? And this was the first year that the preselection videos started, and so I said yes, with pleasure. And at that time, we were about 20 Jury Members and divided into groups. And so, we were watching video cassettes of these dancers, and then we preselected, and then we had to see all of the preselected candidates once again with the video cassettes, and so it took days and days. It took over a week, it was quite an experience. Then they asked me to film video blogs at the Prix de Lausanne. And so, I started filming the candidates, edited them all night the videos, and then put them on YouTube the next morning. And that was a first actually in the world of ballet competitions, and it was quite exciting to see how many viewers just boomed at that time.

What future do you see for the next 50 years of the Prix de Lausanne? Big question here.

The future of the Prix de Lausanne is to be visible all year round, which we have already started. We have the European Preselection, which is a Summer Intensive, every summer for the past three years, where we preselect candidates for the next Prix de Lausanne. We have developed workshop projects and master classes, and our goal is to be visible on every continent within the next 50 years. It’s important for me to continue protecting young dancers from physical or psychological trauma by making partnerships only with schools and dance companies that have a healthy learning and working environment.

Wonderful! Thank you, Kathy, for your time, and we look forward to the 50th anniversary of the Prix de Lausanne.

Thank you for having me, Jenifer, and please save the dates: January 29th to February 5th. Our finals are on February 4th and the Gala of the Stars on February 5th, our 50th year celebration. Thank you for having me.

Wonderful, thank you.

 

Thank you for listening to this episode, we hope you enjoyed it. Don’t hesitate to click like & share. If you have any questions for our future guests, send us a message via our website or our social media. Stay tuned for the next episode.

Cet épisode a été enregistré en anglais. Vous pouvez retrouver sa transcription en français ici.

Bonjour à tous. Vous écoutez le premier épisode du podcast Le Prix de Lausanne from within. Dans ce podcast, nous allons discuter avec des personnalités clés des 50 ans d’histoire du Prix de Lausanne, pour découvrir leurs avis professionnels et aborder les questions les plus complexes et brûlantes de la carrière d’un danseur professionnel..

Dans ce premier épisode, nous allons aborder l’une des questions les plus fréquentes : comment être sélectionné pour le Prix de Lausanne ? Naturellement, nous avons choisi l’invitée la plus experte pour ce premier sujet : la Directrice Artistique et Exécutive du Prix de Lausanne, Kathryn Bradney, ancienne première danseuse et maître de ballet au Béjart Ballet Lausanne.

 

Bonjour Kathy.

– Bonjour Jennifer.

Le prochain Concours, qui se trouve être le 50e anniversaire du Prix de Lausanne, se rapproche à grands pas. Comment vous sentez-vous ? De quoi vous réjouissez-vous ?

Je me réjouis vivement de ce 50e anniversaire. Imaginez 50 ans d’un concours de ballet qui a commencé si petit et qui est devenu si grand et si important dans le monde. J’ai particulièrement hâte de retrouver certains anciens finalistes et lauréats et de célébrer ce grand anniversaire.

Alors, dites-nous, comment fait-on pour être admis au concours ? Comment sélectionnez-vous les candidats ?

Eh bien, nous avons une présélection par vidéo au mois d’octobre, durant laquelle un jury de neuf membres regarde plus de 400 vidéos en quatre jours. Cela signifie que nous regardons chaque vidéo, d’une durée de 10 à 15 minutes, et que nous jugeons individuellement sans discussion, comme cela se passe durant le Prix de Lausanne, car chaque membre du jury a un parcours unique et des préférences personnelles. Nous avons nos critères pour le talent, le sens artistique, la technique, le physique. Donc, tout est évalué et contrôlé de très près.

Y a-t-il des quotas, comme la nationalité ?

Non, il n’y a pas de quotas du tout. Nous voyons chaque vidéo de manière anonyme, donc nous ne voyons ni le nom du candidat, ni le pays, ni l’école. Ainsi, chaque candidat est réellement jugé pour son propre talent et surtout son potentiel.

Pourquoi y a-t-il si peu de participants originaires du Moyen-Orient ou d’Afrique ? Ann Wixley est devenue lauréate en 1998, et Leroy Mokgatle en 2016, tous deux danseurs sud-africains. Et en 2021, le danseur égyptien Luca Abdel-Nour est également devenu un lauréat. Le talent ne manque manifestement pas dans ces régions du monde. Alors pourquoi y a-t-il si peu de participants de là-bas ?

Eh bien, je pense qu’il y a peu de participants parce qu’il y a peu d’écoles de ballet en Afrique et au Moyen-Orient. L’une des raisons est probablement les difficultés financières. Parfois, les pays ont des problèmes financiers, et le ballet classique peut être très cher si on n’a pas de bourse. Au Prix de Lausanne, nous avons la chance de pouvoir aider financièrement de nombreux candidats. Nous avons de généreux donateurs qui nous aident à payer leur voyage et leur séjour à l’hôtel pour venir au Prix de Lausanne. Nous sommes également conscients que dans certains pays musulmans, le ballet n’est pas vraiment autorisé. J’ai parlé avec Luca Abdel-Nour, et il m’a dit qu’il avait eu des difficultés, en tant que jeune danseur, à trouver un soutien, et même un soutien émotionnel, pour devenir danseur. Donc, c’est vraiment un combat dans lequel je souhaite avoir une évolution pour les 50 prochaines années pour le Prix de Lausanne et développer davantage le ballet classique au Moyen-Orient et en Afrique.

Nous avons hâte de voir ces progrès. Une autre question brûlante est la suivante : comment choisissez-vous le jury et y a-t-il des quotas à ce sujet ?

Pour le jury il y a en effet des quotas. Nous avons des critères selon lesquels nous essayons d’avoir des membres du jury provenant des cinq continents du monde au moins tous les deux ans. Donc, différentes nationalités, division hommes et femmes, un équilibre entre anciens lauréats et directeurs de nos compagnie et écoles partenaires. C’est donc un travail considérable de trouver des membres du jury et je commence à les chercher avant même le Prix [de Lausanne] de l’année précédente. C’est un travail qui dure toute l’année.

Nous attendons avec impatience les annonces du jury pour 2023. Comment vous assurez-vous qu’ils restent impartiaux et que se passe-t-il si l’un des membres du jury a un de ses élèves parmi les participants ?

En fait, je fais des recherches sur leur parcours pour m’assurer que leur histoire est positive, qu’ils font partie de nos écoles et compagnies partenaires qui ont été évaluées par le Prix de Lausanne. Et si l’un de leurs propres étudiants participe au concours, ils ne sont pas autorisés à le juger Cela est donc équitable pour le candidat, car le vote est divisé entre huit membres du jury et non neuf, ce qui ne pénalise pas le candidat. 

Vous avez commencé votre parcours au Prix de Lausanne il y a environ 16 ans. Vous devez avoir des tonnes d’anecdotes amusantes et d’histoires inspirantes. Pourriez-vous nous parler de l’une d’entre elles aujourd’hui?

Oui, j’ai quitté le Béjart Ballet [Lausanne] en tant que danseuse professionnelle, et je cherchais donc la prochaine étape de ma carrière, et le Prix de Lausanne m’a proposé d’être membre du jury pour les vidéos de présélection. C’était la première année où les vidéos de présélection ont été lancées, et j’ai donc accepté avec plaisir. À cette époque, nous étions une vingtaine de membres du jury, répartis en groupes. Nous avons donc regardé des cassettes vidéo de ces danseurs, puis nous avons fait une présélection, et ensuite nous avons dû revoir tous les candidats présélectionnés avec les cassettes vidéo, et cela a pris des jours et des jours. Cela a pris plus d’une semaine, c’était une sacrée expérience. Ensuite, on m’a demandé de produire les vidéoblogs du Prix de Lausanne. J’ai donc commencé à filmer les candidats, je montais toutes les vidéos de nuit, pour pouvoir les mettre sur YouTube le lendemain matin. C’était une première dans le monde des compétitions de ballet, et c’était très excitant de voir le nombre de téléspectateurs qui a explosé à ce moment-là.

Quel avenir voyez-vous pour les 50 prochaines années du Prix de Lausanne ? C’est une grosse question que je vous pose.

L’avenir du Prix de Lausanne, c’est d’exister toute l’année, ce que nous avons déjà commencé. Nous avons la Présélection Européenne, qui est un stage d’été, chaque été depuis trois ans, lors duquel nous présélectionnons des candidats pour le prochain Prix de Lausanne. Nous avons développé des projets de workshop et de masterclasses, et notre objectif est de développer notre visibilité sur tous les continents au cours des 50 prochaines années. Il est aussi important pour moi de continuer à protéger les jeunes danseurs contre les traumatismes physiques ou psychologiques en ne concluant des partenariats qu’avec des écoles et des compagnies de danse dont l’environnement d’apprentissage et de travail est sain.

Merci, Kathy, pour votre temps, et nous attendons avec impatience le 50ème anniversaire du Prix de Lausanne.

Merci de m’avoir invitée, Jenifer, et n’oubliez pas de réserver les dates suivantes : du 29 janvier au 5 février. La Finale aura lieu le 4 février et le 5 février nous allons célébrer notre 50e anniversaire avec le Gala des Étoiles. Merci de m’avoir invitée.

Merveilleux, merci Kathy.

 

Merci d’avoir écouté cet épisode, nous espérons que vous l’avez apprécié. N’hésitez pas à cliquer sur “J’aime” et à partager. Si vous avez des questions pour nos futurs invités, envoyez-nous un message via notre site web ou nos médias sociaux. Restez à l’écoute pour le prochain épisode.

Any burning questions?

Participate!

If you have any questions for our future guests, or you simply wish to give us a feedback, leave us a message.