Étoiles Montantes

Dimanche 4 février 2024!

En savoir plus
  • #PdL50years
  • #PdL2023
  • #PrixdeLausanne

Clairemarie Osta

Curriculum Vitae

Danseuse Étoile, Ballet de l’Opéra national de Paris
Professeure invitée internationale et directrice de répétition

Prix de Lausanne
Vice-Présidente du jury, 2021
Professeure et coach classique, Stage d’été - Présélection européenne 2019 – 2023
Professeure de classique pour les échauffements, 2022 – 2024

Quoi de plus important aujourd’hui que de donner espoir à la nouvelle génération de danseurs et à travers elle, emmener l’humanité vers un avenir possible. Pour moi, l’invitation à siéger en tant que Vice-présidente du jury du Prix de Lausanne 2021, c’est participer d’une manière très concrète au soutien de cette jeunesse talentueuse et courageuse. 

Le prix de Lausanne est un moment charnière entre deux étapes de la vie du jeune danseur. Pour tous ceux qui ont participé au Prix, il y a un avant et un après. J’étais demi-finaliste à 16 ans, en 1987. Pendant la semaine de compétition, j’ai fait des rencontres qui ont changé ma vie. Violette Verdy nous donnait les cours. Elle m’a profondément inspirée et c’était très fort de la retrouver à l’Opéra de Paris quelques années après ; tout comme Ghyslaine Thesmar qui était dans le jury. Des amitiés se sont liées avec des jeunes passionnés venus des 4 coins du monde avec qui j’ai entretenu une correspondance par la suite (pas de facebook ou Instagram à l’époque mais des lettres de papier, timbrées). Nos carrières nous ont permis souvent de nous croiser à nouveau. C’était aussi la première fois que je voyais des artistes s’exprimant dans une danse classique imprégnée de chaque culture et en même temps j’étais émerveillée de me sentir appartenir à une communauté qui va bien au-delà des frontières et des nationalités. Toute l’équipe du Prix de Lausanne et les précieux bienfaiteurs jouent un rôle crucial dans la vie de ces jeunes artistes. Je suis reconnaissante et fière d’avoir l’opportunité d’y apporter ma contribution.

Toï toï aux candidats 2021. Que leur talent illumine nos vies et apporte la joie et l’espoir de jours meilleurs!

Nommée Étoile à l’Opéra national de Paris en 2002, Clairemarie Osta a reçu ses premiers prix de danse au Conservatoire Supérieur de Paris (CNSMD) et au Conservatoire Régional de Nice. Dans son enfance, elle a également été championne de France de claquettes. Elle a remporté le Grand prix du Concours méditerranéen à Grasse (France) ainsi que le Prix de technique et d’interprétation et la médaille de bronze senior à Varna (Bulgarie).

Clairemarie Osta a travaillé avec Rudolf Noureev, Carolyn Carlson, John Neumeier, Jiri Kylian et Jerome Robbins et a inspiré de nombreux chorégraphes qui ont créé des rôles spécialement pour elle: Roland Petit a écrit le rôle de Marie dans Clavigo et Angelin Preljocaj celui de L’Eveil dans Siddhartha. D’autres rôles encore dans Amoveo de Benjamin Millepied, dans Appartement de Mats Ek, et dans Pas-Parts de William Forsythe. Pour Jean Claude Gallotta, elle sera l’épouse de Nosferatu, et pour Nicolas Le Riche, la Lune dans Caligula. En 2008, elle a joué Anaïs Nin dans le court-métrage Anaïs Rushes, de Clara Ballatore.

En 2012, le documentaire Les Adieux (A. Dreyfus) retrace les préparatifs de sa dernière performance à l’Opéra de Paris dans son rôle de Manon dans I’Histoire de Manon de Kenneth McMillan. Un an plus tard, elle est nommée directrice de Etudes chorégraphiques au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris.

En 2014, Clairemarie Osta a interprété M. & Mme Rêve de Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault, avant de voyager dans toute la France avec la production de Itinérances, dirigée par Nicolas Le Riche. Dans le cadre d’une œuvre commandée par le Théâtre des Champs-Elysées, Nicolas Le Riche a créé son solo dans Une Après-midi… sur la musique de Claude Debussy, et un rôle dans le duo Odyssée mis en musique par Arvo Pärt, qui deviendra le sujet d’un court métrage réalisé par Vincent Perez en 2016.

En 2015, Clairemarie Osta a cofondé le LAAC – l’Atelier d’Art Chorégraphique, au Théâtre des Champs-Elysées.

En 2016, elle crée avec Nicolas Le Riche PARA-II-ELES, une danse-performance poétique mise en musique par Matthieu Chedid dans le cadre des Transcendances au Théâtre des Champs-Elysées, et en a ensuite fait la tournée. Clairemarie Osta a présidé le jury du concours Nijinsky à Deauville pendant trois ans et fait également partie des jurés du Prix de Lausanne et de la Tanzolymp à Berlin, et est membre du jury pour un Doctorat universitaire.

Elle fait partie de l’Association Française des Maitres en Danse Classique. Elle a été invitée à l’école Boris Eifman de Saint-Pétersbourg en tant que consultante.

De janvier 2018 à 2022, elle est directrice du ballet à l’école de la Royal Swedish Ballet School à Stockholm.

Depuis 2020, Clairemarie Osta a le plaisir de remonter pour la Fondation Noureev les productions du Lac des Cygnes ou encore Don Quichotte. Elle replonge dans cet héritage exceptionnel pour passer aux nouvelles générations. Aussi, elle contribue à la formation des professeurs de danse à l’invitation de l’université de Stockholm.

Allant à la rencontre des danseurs, elle enseigne au Ballet du Théâtre de l’Opéra de Rome, au Boston Ballet, au Royal Swedish Ballet, à la John Cranko School ou encore la Finnish Ballet School. Elle accompagne les danseuses de l’Opéra de Paris dans leur préparation au fameux concours interne. Aujourd’hui elle poursuit ses rêves en ajoutant à ses expériences de la chorégraphie « L’autre moitié du songe… » (Texte d’Alicia Gallienne, musique Simon Bång). Elle continue d’apprendre et devient coach certifiée MUNZ FLOOR®.

Clairemarie Osta est Chevalier de I’Ordre de Ia Légion d’Honneur, Chevalier des Arts et Lettres et Officier de l’Ordre du mérite.