Nouveaux Partenaires

Nous avons trois nouvelles institutions partenaires que nous somme ravis d’accueillir !

Lire plus
  • #PdL50years
  • #PdL2023
  • #PrixdeLausanne

Épisode 2

Interview avec Nicolas Le Riche

Dans cet épisode, nous avons le plaisir de recevoir le Directeur du Royal Swedish Ballet, qui est également un Danseur Étoile et notre fantastique Coach classique : Nicolas Le Riche. Pourquoi les Lauréats du Prix de Lausanne sont-ils de plus en plus souvent des garçons ? Comment concilier carrière de danseur et vie de famille ? Comment se préparer pour le Prix de Lausanne ? Des réponses à toutes ces questions et bien plus dans cet épisode 2 !

Notre podcast est également disponible sur YouTube, Spotify, Apple Podcasts, RSS et Google Podcasts.

Audio

Share

×

Transcriptions

Cet épisode a été enregistré en anglais. Vous pouvez retrouver sa transcription en français ici.

Bonjour à tous et bienvenue dans le podcast Prix de Lausanne from within. Dans ce podcast, nous allons discuter avec des personnalités clés des 50 ans d’histoire du Prix de Lausanne, pour découvrir leurs avis professionnels et aborder les questions les plus complexes et brûlantes de la carrière d’un danseur professionnel.

Dans ce nouvel épisode, nous tentons de comprendre pourquoi autant de garçons figurent parmi les Lauréats du Prix de Lausanne ces dernières années et comment concilier ballet et vie de famille. Et enfin, nous obtiendrons de précieux conseils sur la préparation pour le Prix de Lausanne. Aujourd’hui, nous avons le plaisir d’accueillir notre invité, un ancien Danseur Étoile, aujourd’hui directeur du Ballet Royal de Suède et notre merveilleux coach de danse classique Nicolas Le Riche.

Nicolas, soyez le bienvenu.

Bonjour, bon après-midi, bonsoir.

Nous ne savons plus quelle heure il est. Merci d’avoir reçu notre invitation pour ce podcast.

Je suis très heureux et ravi d’être ici.

Vous êtes donc directeur artistique du Ballet royal de Suède depuis 2017, et coach de danse classique au Prix de Lausanne depuis 2019. Quelles valeurs pensez-vous que ces deux institutions partagent ?

Eh bien, je commencerais par essayer d’identifier les différences, car il y en a. Dans la compagnie de ballet, vous avez des employés, des collaborateurs, des collègues avec lesquels vous travaillez toute l’année. Alors que le Prix de Lausanne est un événement plus court. Cependant, je crois que ces deux institutions partagent l’idée ou le concept de communauté. Et ce que je reconnais également lorsque je suis ici au Prix [de Lausanne], c’est ce dévouement envers les personnes qui sont présentes et travaillent pour le concours ou y participent. Cette gentillesse, cette attention que vous avez envers la personne en face de vous. Et je pense que c’est précieux car cela renvoie à la nature humaine de chacun d’entre nous. Et quelque part, l’idée est que, dans ce climat, on peut probablement tirer le maximum de la situation. C’est un environnement très amical et bienveillant. Je pense que c’est ce qui me frappe en ce moment.

Le nombre de garçons parmi les lauréats du Prix de Lausanne a considérablement augmenté ces dernières années. Comment expliquez-vous cette évolution ?

Je ne suis pas vraiment sûr d’avoir la réponse universelle à cette question. Cependant, je pourrais avoir quelques, quelques hypothèses à ce sujet. Tout d’abord, les lourdes attentes en matière de performances féminines, telles que ” il faut être parfaite ” et ” les erreurs sont inacceptables “, et ainsi de suite, et ainsi de suite, et ainsi de suite. Donc cette perfection visée, qui est absolument irréaliste, est tout à fait différente. Pendant longtemps, il y a eu très peu de garçons qui voulaient faire partie du ballet. Ils y ont donc toujours eu la bonne place. Ils étaient super bienvenus, avaient moins de pression parce qu’ils y étaient les seuls. N’est-ce pas ? Et ainsi de suite. Maintenant, ils ne sont plus les seuls, mais ils subissent toujours moins de pression de la part de la société. Ils croient donc qu’ils ont plus de liberté et cela leur permet en quelque sorte de danser avec un peu moins de pression. Et puis, tout à coup, nous voyons des personnalités. Car, et c’est là le point délicat, avec trop de pression et la volonté de satisfaire l’autre, on a tout à coup tendance à s’oublier. Mais lorsque vous êtes sur scène, nous nous intéressons simplement à la personnalité que nous avons en face de nous. Nous voulons découvrir la voix de cet artiste.

Exact. J’ai entendu euh, un autre professeur cette semaine parler de la façon dont peut-être il semble que tout au long de la compétition les garçons ont parfois tendance à montrer beaucoup plus leur personnalité dans la performance. Cela pourrait-il être éventuellement un facteur qui les fait entrer dans le palmarès ? Une chose à laquelle il faudrait réfléchir.

Absolument. Et j’espère que les femmes le comprendront aussi. Il ne s’agit pas d’être parfait, il s’agit d’être aussi bon que possible et aussi proche de soi que possible. Faire une erreur n’est pas grave, nous faisons tous des erreurs. Nous devons oser faire des erreurs et nous ne pouvons pas nous protéger et avoir peur de ce qui pourrait arriver.

Et essayer d’y prendre plaisir !

Oui, absolument.

Vous êtes un mari et un père. Trouvez-vous difficile de concilier la vie de famille et une carrière de danseur ?

Je dois dire que je n’ai pas rencontré de difficultés pour différentes raisons. Premièrement, je faisais partie de la compagnie de ballet, donc c’était très structuré et très organisé. C’était le Ballet de l’Opéra de Paris, et la plupart du temps, il ne faisait pas beaucoup de tournées. Deuxièmement, ma femme était également danseuse, elle comprenait donc très bien le rythme de vie d’un danseur, car elle le vivait aussi. Nous nous comprenions bien et nous sommes plutôt bien organisés. Et troisièmement, j’ai deux filles, et elles sont merveilleuses. Elles sont tellement cool. Je n’ai donc pas [rires]… Elles n’ont pas été difficiles du tout. Cela a donc beaucoup facilité le processus. Et je dirais même qu’au contraire, la vie de famille a élargi ma perspective en ce qui concerne le fait d’être un artiste, et m’a également aidé avec ma voix que je devais exprimer. Parce que lorsque vous êtes passionné par une forme d’art [rires], le danger est que vous mettez tellement de pression sur vos… sur vos épaules parce que vous vous dites : “Oui, c’est ma vie. C’est ce que je veux faire”. Et puis vous êtes sur scène et c’est si important que… Et tout d’un coup quand vous avez un petit bébé… Oui, je veux dire la relation que vous avez avec ces bébés est vitale. La forme d’art est absolument merveilleuse. Ça pourrait être vital pour vous. Cependant, vous trouverez probablement un moyen de continuer votre vie. Peut-être un peu moins heureux si vous ne le faites pas, si c’est ce que vous vouliez faire. Mais ce n’est pas vital en tant que tel. J’ai donc beaucoup profité de la réorganisation de mon sens des priorités et des valeurs. Cela ne veut pas dire que je ne suis pas passionné et entièrement dévoué à cette forme d’art.

Bien sûr. Il s’agit de passer de la responsabilité envers soi-même en tant qu’artiste à la responsabilité envers un autre être humain et de se compléter en tant qu’être humain.

Oui, et puis tout d’un coup le centre change, parce qu’en tant qu’artiste, tu as tendance à être ton propre centre. Et puis tu n’as pas vraiment une image réaliste de la situation. Parfois, on a besoin d’un peu de recul par rapport à différentes décisions ou situations dans lesquelles on se trouve, et tout à coup, on a plus de distance parce que tout ne tourne plus autour de nous. Ce sont ces petits enfants qui le sont.

Et en parlant de petits enfants, avez-vous des conseils à donner aux jeunes danseurs qui se préparent pour le Prix de Lausanne, quant au choix de leur variation ?

Oi !

Question difficile !

C’est une lourde responsabilité que vous mettez sur mes épaules. Je vais donc prendre cette responsabilité avec humilité et essayer d’être aussi constructif que possible. Le choix de la variation, quand il s’agit du Prix [de Lausanne], je pense que c’est important de pouvoir montrer quelque chose. N’essayez pas de cacher quoi que ce soit. Vous avez des professionnels très compétents en face de vous. Même si vous essayez de cacher quelque chose, ils le verront, parce que ce qui est si spécifique au Prix [de Lausanne], c’est aussi cette semaine que nous passons ensemble, avec le jury qui regarde les cours. Ils ont donc une très bonne compréhension du danseur que vous êtes. C’est donc mon premier conseil. Assurez-vous que vous montrez quelque chose dans votre solo. Assurez-vous que vous croyez en ce que vous faites. Assurez-vous que vous comprenez ce que vous faites. Assurez-vous que vous envoyez un message et que les gens vous regardent.

Il y a beaucoup de pression, non ? [Rire] Mais ce sont de merveilleux conseils.

J’ai enfin dressé une liste complète.

Un bon résumé. Merci pour ça. Et donc une fois qu’ils ont choisi une variation, comment préparer une variation pour le concours ? Avez-vous des conseils ou peut-être des erreurs à éviter ?

Je vais commencer par les erreurs à éviter, si vous le voulez bien. Je voudrais terminer cette question par des choses plus positives. Ne pensez pas que vous apprenez à partir d’une vidéo, que vous prenez une vidéo, que vous la regardez, que vous la reproduisez et que c’est le solo. Parce que ce n’est que la coquille, et nous ne voulons pas d’un œuf vide lorsque nous vous regardons sur scène. Faites en sorte que les personnes qui vous entourent ne détournent pas le solo mais qu’elles le comprennent très bien. Je parle souvent de cette histoire quand il s’agit de Paquita, et les gens ont tendance à se tromper un peu sur le personnage, maintenant je parle des garçons, et ils croient que le personnage est espagnol. Et puis ça devient une sorte de solo de Don Quichotte avec une musique différente et une chorégraphie pas très différente. Et puis tout d’un coup, quand ils réalisent que le nom du personnage n’est pas Basilio mais Lucien, tout d’un coup cela apporte un autre aspect. Et cet aperçu culturel est si important. Soyez bien documenté sur ce que vous faites. Il y a des pas à faire. Oui, c’est une petite chose, c’est le vocabulaire de la chose. Mais comment vous allez les utiliser, comment vous allez les façonner, c’est autre chose. Et c’est probablement la chose la plus importante. Il est également préférable d’oublier la quantité et de privilégier la qualité, ce qui est également important.

Il faut donc non seulement préparer les étapes, mais aussi faire des recherches et privilégier la qualité à la quantité.

Oui. Et essayez d’éviter d’être une copie de vous-même. Reproduire un moment encore et encore et encore et encore et encore. Le ballet et la danse sont l’art de l’éphémère. Et c’est quelque chose de très important. Cela donne toute sa valeur à cette forme d’art. C’est ici et maintenant que ça se passe. Donc, n’essayez pas de reproduire quelque chose que vous avez ressenti il y a 10 jours parce que le public est différent, l’atmosphère est différente. Et si vous avez une bonne compréhension et que vous êtes bien documenté, vous aurez probablement plus raison, et vous serez plus honnête avec vous-même.

Avez-vous des conseils sur la façon de gérer le trac avant de monter sur scène ?

Je pense que c’est très personnel. Ce que j’ai vu, ce que j’ai vécu, ce que j’ai remarqué, c’est que chaque artiste a des façons différentes de gérer le stress. Personnellement, je travaillais beaucoup. J’avais une routine bien établie. J’étais au théâtre presque dès le matin, je ne quittais pas le théâtre, parce que sinon j’avais beaucoup de mal à me concentrer. J’essayais de visualiser ce que j’étais censé faire plus tard, pas physiquement, mais vraiment mentalement. Je me donnais un peu de temps pour me convaincre que je pouvais le faire. J’essayais d’être très ouvert au moment présent, de m’assurer que je vais gérer moi-même sur le moment voulu, et de rester super concentré. Une très bonne connaissance de la scène, l’endroit où vous allez danser est probablement très important. J’ai remarqué que j’ai une connaissance incroyable de la scène. “Ok, comment la scène se présente, où sont les bandes ? Ok, comment je vais placer mon solo ?”

Oui, mémoire visuelle de…

Absolument.

Diriez-vous que vous aviez systématiquement le trac ou que cela fluctuait ?

Oui, oui. Et en fait, il a augmenté pendant cette période. Donc à la fin, c’était à peine… Je pouvais à peine le supporter. Donc j’étais vraiment heureux quand finalement j’ai décidé de prendre ma retraite. Et une dernière chose avant, soyez bien concentré dans votre propre bulle et pendant que vous êtes dans le moment, soyez bien conscient de ce qui se passe autour de vous. Des gens qui vous entourent, des autres artistes. Parce qu’ils vous nourrissent d’énergie, ils vous nourrissent d’idées. De vitalité. Ils vous mettront au défi lorsqu’il s’agira de ce que vous avez répété tant de fois auparavant. Ils vous mettront au défi et vous devez être très cohérent. Vous devez donc comprendre le solo.

Oui, et être connecté avec tous les autres danseurs sur scène.

Absolument.

Dernière question, Nicolas, s’il y avait une histoire inspirante ou une anecdote à retenir de toutes vos expériences au Prix de Lausanne, quelle serait-elle ?

Vous, vous êtes dure avec moi aujourd’hui !

Je suis dure, mais nous voulons tout savoir.

Oui. Mais ça peut être très simple. Je suis toujours surpris par les danseurs que j’ai en face de moi, j’apprends tellement à chaque fois et mon anecdote sera la suivante. À chaque fois, j’ai l’impression de redécouvrir ce qu’est la danse, comment elle peut être perçue, comment on peut en parler, tout ce qu’on reçoit, en tant que coach ou que membre du jury, ou simplement en faisant partie du public. On reçoit beaucoup, et chaque fois, c’est différent. Voici donc mon anecdote. Par exemple, aujourd’hui, nous faisons le stage d’été, n’est-ce pas ? Et nous avons quelques danseurs que nous avons vus l’année précédente, mais ce sont de nouvelles personnalités. Ils ont tellement changé et c’est tellement rafraîchissant en fait de les regarder. Et puis tout d’un coup, vous les voyez s’assumer et vous vous dites “wow …”. C’est tellement beau. Donc, être capable d’observer ce qui se passe autour de vous… Et la diversité aussi, vous avez des danseurs qui sont très agiles, d’autres qui sont super musicaux. Pour moi, c’est l’une des occasions uniques de rencontrer le monde.

Merci beaucoup Nicolas. C’était merveilleux.

Ce fut un plaisir.

Et, nous sommes impatients de vous au 50ème.

Oui, je serai là.

Nous espérons vous voir tous au prochain Prix de Lausanne, qui aura lieu du 29 janvier au 5 février 2023. Merci d’avoir écouté cet épisode, nous espérons que vous l’avez apprécié. N’hésitez pas à cliquer sur “J’aime” et à partager. Si vous avez des questions pour nos futurs invités, envoyez-nous un message via notre site web ou nos médias sociaux. Restez à l’écoute pour le prochain épisode.

 

Cet episode a été enregistré en anglais, vous pouvez retrouver sa transcription en français sur notre site.

Hello everyone and welcome to the Prix de Lausanne from within podcast. In this podcast we will talk with some of the key figures of the 50 years of history of the Prix de Lausanne, to have an insight into their professional opinions and shed some light on the most curious, complex and burning issues in a professional dancer’s career path. In today’s episode, we will try to get to the bottom of why have there been so many boys among the Prix de Lausanne Prize winners in recent years, how to reconcile ballet and family life. And last but not least, we will get some valuable advice on how to prepare for the Prix de Lausanne. Today we are pleased to welcome our guest, a former Danseur Étoile, now the Director of the Royal Swedish Ballet and our wonderful classical dance coach Nicolas Le Riche.

Nicolas, welcome.

Good morning, good afternoon, good day.

We don’t know what time it is anymore. Thank you for receiving our invitation for this podcast.

I’m so happy and thrilled to be here.

So you have been the Artistic Director of the Royal Swedish Ballet since 2017, and Classical Dance Coach at the Prix de Lausanne since 2019. What values do you think these two institutions share?

Well, I would start by trying to identify the differences because there are. In the ballet company, you have employees, collaborators, colleagues that you are working all year along with. Then Prix de Lausanne is a shorter venue. However, I believe those two institutions share the idea or the concept of community. And also what I do recognize when I’m here at the Prix [de Lausanne] is this dedication to the persons who are present and working [for] or taking part [in] the Prix [de Lausanne]. This kindness, this attention that you have towards the person in front of you. And I think this is valuable because it’s going back to the human nature of all of us. And somehow the idea is, within this context, you can probably take the best out of the situation. It is a very friendly and kind environment. I think this is what is striking me at the moment.

The number of boys among the Prix de Lausanne Prize Winners has increased considerably in recent years. Why do you think that is?

I’m not really sure that I have the universal answer to that. However, I might have some, some guess around that. First, the heavy expectations when it comes to ladies’ performance, which are “you need to be perfect” and “you cannot make any mistakes”, and so on, and so on, and so on. So this aimed perfection, which is absolutely unrealistic is quite different. For quite a long time, there has been so few gentlemen willing to be part of ballet actually. So they had always the good place there. They were super welcome, had less pressure because they were the only one. Right? And so on. Now they are not the only one, but still they have less pressure from the society. So they believe that they have more freedom there which allow them somehow to perform with a bit less pressure simply. And then all of a sudden we see personalities. Because, this is the tricky part, with too much pressure and the will to satisfy the other, all of a sudden you tend to forget yourself. But when you’re on stage, we are just interested into the personality that we have in front of us. We want to discover the voice of this artist.

Right. I heard one other teacher this week talking about how perhaps it seems like throughout the competition the boys sometimes tend to show much more their personality in the performance. Could that be eventually a factor that gets them into the prize winner’s list? Something to think about.

Absolutely. And then I hope that the ladies will get it as well. It’s not about being perfect, it’s about being as good as possible and as close to yourself as possible. Making a mistake is okay, we all make mistakes. We have to dare to make mistakes and we cannot protect and be afraid about what could happen.

And enjoying!

Yes, absolutely.

You are a husband and father. Do you find it difficult to reconcile family life and a career as a dancer?

I have to say, um, I haven’t faced any difficulties for different reasons. First, I was part of the ballet company, so it was very structured and very organized. It was Paris Opera Ballet, and most of the time it was not touring a lot. The second factor, my wife was a dancer as well, so she had a very good understanding around the rhythm of a dancer’s life because she was living it as well. So we had a good understanding of each other and we are quite well organized. And thirdly, I have two daughters, and they are wonderful. They are so cool. So I haven’t [laugh]… They, they haven’t been difficult at all. So it has eased a lot the process. And I would eventually even say the opposite. Family life has broadened my perspective when it comes to being an artist, the voice I was supposed to express as well. Because when you are passionate about an art form [laugh], the danger is you put so much pressure on your… on your shoulders because you are like, “Yeah, this is my life. This is what I want to do”. And then you are on stage and then it’s so important that… And then all of a sudden when you have a little baby… Yeah, I mean the relation that you have to those babies, they are vital. The art form is absolutely wonderful. It could be vital to yourself. However,  probably you will still find a way to go through your life. Maybe a bit less happy if you are not doing it, if this is what you wanted to do. But it’s not vital as such. So I have benefited a lot from reorganizing my sense of priorities and values. It doesn’t mean that I’m not passionate fully and fully dedicated to the art form.

Yeah. It’s going from being responsible to yourself as an artist to responsible of another human being and completing yourself as a human.

Yeah, and then all of a sudden the center is changing, because as an artist, you tend to be your own very center. And then you don’t really get realistic picture of it. Sometimes you might like a bit of distance in regards to different decisions or situations that you are in, and all of a sudden you have more distance because you are not the center anymore. Those little kids are the very center of it.

And speaking of little kids, do you have any advice for young people preparing for the Prix de Lausanne, regarding their choice of variation?

Oi!

Tough one!

That’s a heavy responsibility that you put on my shoulders. So I will take this responsibility humbly and yeah, try to be as constructive as possible. Choice of variation, when it comes to the Prix [de Lausanne], I think this is important to be able to show something. Don’t try to hide anything. You have very skilled professionals in front of you. Even if you are trying to hide something, they will see it, because what is so specific to the Prix [de Lausanne] is also this week that we are spending together, with the jury who is watching classes. So they have a very good understanding about the dancer that you are. So this is my first advice. Make sure that in the solo you are showing something. Make sure that you believe in what you are doing. Make sure that you do understand what you are doing. Make sure that you are sending a message and make sure that people are looking at you.

Lots of pressure there, no? [Laugh] But wonderful advice.

I’ve made finally, a full list,

A good summary. Thank you for that. And so once they’ve chosen a variation, how do you prepare for a variation for the competition? Do you have any tips or perhaps mistakes to avoid?

I will start with mistakes to avoid, if you don’t mind. I would like to end this question by more positive things. Don’t think that you are learning from a video that you pick up one video, then you look at it and then you do it, and then this is the solo. Because it’s only the shell of it, and we don’t want an egg empty when we are looking at you on stage. Make sure that people around yourself will not trick the solo but will have a very good understanding of it. I often talk about this story when it comes to Paquita, and people tend to mistake a little bit the character, now I’m talking about the boys, and they believe that the character is Spanish somehow. And then it becomes a Don Q[uixote] kind of solo with a different music, not so different choreography. And then all of a sudden when they realize that the name of the character is not Basilio but Lucien, all of a sudden it brings another aspect. And this cultural insight is so important. Be well documented about what you are doing. There are steps to do. Yes, this is a little thing, this is the vocabulary of it. How you will use it, how you will shape it, that’s another thing. And this is probably the most important thing. And also preferably forget about quantity and prioritize quality, which is something important as well.

So not only preparing the steps but doing your research and more quality over quantity.

Yeah. And try to avoid to be a copy of yourself. Reproducing one moment always and always and always and always and always. Ballet and dance is the art of the ephemeral. And this is something so important. It gives all the value to the art form. This is here and now that it is happening. So, don’t try to reproduce something that you have felt 10 days ago because the audience is different, the atmosphere is different. And if you have a good understanding and you are well documented, probably you will be more right, and you will be more honest with yourself.

Do you have any advice on how to manage stage fright before going on stage?

I think it’s very personal. What I have seen, what I have experienced, what I have noticed, every artist has different ways to manage stress. Personally, I was working a lot. I had a very set routine. I was in the theater pretty much in the morning, not leaving the theater, because otherwise it was really hard for me to focus. I was trying to visualize a lot what I was supposed to do later, not physically, but really mentally. I was giving a bit of time to convince myself that I could do it. I was trying to be very open to the moment, making sure that I will deal with myself at the moment, and [stay] super focused. Very good knowledge of the stage, the place that you are performing [on] probably is very important. I have noticed that I have an amazing knowledge [of] the stage. “Okay, how the stage is looking, where are the tapes? Okay, how I will place my solo?”

Yeah. Visual memory of…

Absolutely.

Would you say you systematically had stage fright or did that kind of fluctuate?

Yes, yeah. And actually, it has increased during that period. So at the end it was barely… I could barely deal with that. So I was really happy when finally I decided to retire. And one more thing before, be well focused in your own bubble and while you are in the moment, be well aware about what is happening around you. Uh, the people around you, the other artists. Because they are feeding you with energy, they are feeding you with ideas. This vitality, they will challenge you when it comes to what you have rehearsed so many times before. They will challenge you and you need to be very coherent. So you need to understand the solo.

Yeah, and be connecting with all the other dancers on stage.

As well. Absolutely.

Last question, Nicolas, if there was one inspiring story or an anecdote from all your experiences at the Prix de Lausanne, what would it be?

Okay, you, you are tough with me today.

I am tough. But we wanna know all of it.

Yeah. But it can be very simple. I’m always surprised about the dancers that I have in front of, I’m learning so much each time and this will be my anecdote. Each time I feel that I’m discovering again what dance is about, how it can be perceived, how you can talk about it, how much you receive either with your coach or a jury member, or just being part of the audience. You receive a lot, and every time it’s different. So this is my anecdote. For example, today we are doing the Summer course, right? And we have some dancers that we have seen the previous year, but they are new personalities. They have been changing so much and it’s so refreshing actually to look at them. And then all of a sudden you see them taking agency of themselves and then you feel like “wow!”… It’s so beautiful. So, being able to observe what is happening around you and… The diversity as well,  you have some dancers who are very agile, you have some other dancers who are super musical. To me, it is one of the unique opportunities to meet the world.

Thank you so much Nicolas. This was wonderful.

It has been a pleasure.

And, we look forward to seeing you for the 50th.

Yeah, I’ll be there.

 

We hope to see you all at the next Prix de Lausanne, which is taking place from January 29th to February 5th, 2023. Thank you for listening to this episode. We hope you enjoyed it. Don’t hesitate to click like and share. If you have any questions for a future guest, send us a message via our website or our social media. Stay tuned for the next episode.

Vous avez des questions?

Participez!

Si vous avez des questions à poser à nos futurs invités, ou si vous souhaitez simplement nous faire part de vos impressions, laissez-nous un message.