Nouveaux Partenaires

Nous avons trois nouvelles institutions partenaires que nous somme ravis d’accueillir !

Lire plus
  • #PdL50years
  • #PdL2023
  • #PrixdeLausanne

Épisode 3

Interview avec Luca Branca, gagnant du Young Creation Award 2023

Dans cet épisode, nous discutons avec l’un des deux chorégraphes gagnants du Young Creation Award, Luca Branca. Comment s’y prendre pour créer une chorégraphie contemporaine à un âge assez jeune et en étant formé comme danseur classique, quels sont les principaux défis de ce concours et quels sont les conseils des initiés pour aider ces jeunes qui s’essaient au rôle de chorégraphe ? Ces questions, et bien d’autres, font l’objet de notre discussion aujourd’hui.

Notre podcast est également disponible sur YouTube, Spotify, Apple Podcasts, RSS et Google Podcasts.

Audio

Share

×

Transcripts

Cet épisode a été enregistré en anglais. Vous pouvez retrouver sa transcription en français ici.

Bonjour à tous et bienvenue dans le podcast Prix de Lausanne from within. Dans ce podcast, nous allons discuter avec des personnalités clés des 50 ans d’histoire du Prix de Lausanne, pour découvrir leurs avis professionnels et aborder les questions les plus complexes et brûlantes de la carrière d’un danseur professionnel.

Aujourd’hui, nous avons le plaisir de nous focaliser sur le Young Creation Award, notre concours pour les jeunes chorégraphes talentueux. Comment s’y prendre pour créer une chorégraphie contemporaine à un âge assez jeune et en étant formé comme danseur classique, quels sont les principaux défis de ce concours et quels sont les conseils des initiés pour aider ces jeunes qui s’essaient au rôle de chorégraphe ? Qui de mieux pour discuter de ce sujet que le gagnant de l’édition 2022, Luca Branca, avec sa variation, Les Ombres du Temps. Nous vous encourageons à aller découvrir sa variation sur notre chaîne YouTube ou sur notre site internet. Luca est actuellement étudiant en danse à l’Académie Princesse Grace.

Alors Luca, commençons. Comment as-tu commencé à travailler sur ta chorégraphie pour le Young Creation Award et quels ont été tes premiers pas ?

J’ai commencé grâce à Luca Masala, mon directeur, qui m’a appelé dans son bureau pour me dire : “J’ai reçu cet email du Prix de Lausanne, et ils font ce projet de Young Creation Award et je veux te demander si tu as envie de participer”. Et j’ai répondu : “Bien sûr, quelle opportunité !”. Et donc j’ai commencé, j’ai écouté la musique parce qu’il y avait [différents morceaux] de musique à choisir. Et, quand j’ai commencé à écouter la musique, je me suis immédiatement senti connecté et, à partir de la musique, j’ai immédiatement senti que ce morceau parlait d’une jeune fille qui se sentait comme coincée dans quelque chose et qui avait de mauvaises pensées, et qu’elle essayait de se libérer et de profiter de la vie. Et puis je me suis assis par terre, j’ai été inspiré par tout et j’ai commencé à bouger. J’ai commencé à improviser et petit à petit, en un jour, j’avais déjà le premier squelette de la pièce et j’étais très impressionné parce que je ne m’attendais pas à ce que la chorégraphie soit prête en un jour. Mais j’ai été vraiment inspire par cette opportunité et tout le reste. Et puis j’ai [pris] trois filles parce que je devais choisir celle qui avait les meilleurs mouvements et qui pouvait obtenir de meilleures informations. J’ai finalement choisi Yo Nakajima, après le coaching. Bien sûr, j’ai commencé à travailler avec elle et nous avons essayé d’aller dans les détails, nous avons changé quelque chose. On a commencé à améliorer la chorégraphie, à la rendre plus profonde et prête à atteindre certaines choses. Et oui, c’était un processus assez long mais vraiment agréable.

Depuis combien de temps, et quand as-tu commencé à travailler sur ce projet ?

J’ai commencé au début de la saison, je pense que c’était fin septembre, ou presque. Jusqu’en décembre, nous avons travaillé – bien sûr, nous devions trouver le temps aussi parce que nous avions des examens, d’autres cours et tout. Et puis malheureusement j’ai attrapé le Covid donc je ne pouvais pas revenir immédiatement en janvier après les vacances. Donc j’ai dû la coacher par Zoom. C’était difficile. Mais nous avons réussi, elle s’est entraînée pendant deux semaines avec Zoom. Ensuite, quand je suis revenu, nous avons commencé à travailler car après quelques semaines, deux semaines je pense, nous devions partir pour le Prix. Et donc les deux dernières semaines, j’ai tout donné, j’ai fait toutes les corrections, toutes les dernières notes. Et puis nous sommes arrivés à Montreux et c’était comme… wow. J’étais tellement heureux. Et puis aussi quand j’ai eu les cours avec Demian Vargas et Cinthia Labaronne, et c’était vraiment stimulant de les entendre parler du projet. Et j’ai été vraiment inspiré et tout ce qu’ils ont dit, j’étais juste comme, avec les yeux écarquillés, essayant d’obtenir tous les, je ne sais pas, conseils. C’était vraiment intéressant. Ça m’a apporté beaucoup… Encore plus de nourriture pour ma passion de la chorégraphie. Je peux dire qu’après cette semaine-là, j’ai été encore plus inspiré pour poursuivre cette passion que j’ai en plus d’être un danseur.

Bon, pour expliquer un peu à notre public, le Young Creation Award est un projet pour nos écoles partenaires. Et donc cinq danseurs de ces écoles sont sélectionnés. Ils ont chorégraphié un solo d’environ 2min30 sur des danseurs individuels. Et leur pièce est déjà prête avant la compétition. Ils viennent pendant la semaine et le perfectionnent avec, comme tu l’asmentionné, Demian Vargas et Cinthia Labaronne. Et l’année dernière, ils se sont produits à la fois le mercredi et le samedi et ont découvert les gagnants le samedi. Peut-être peux-tu aussi décrire quel était ton sentiment au moment de découvrir que tu étais le chorégraphe gagnant ?

C’était un peu comme un black-out parce que, bien sûr, j’essayais de faire de mon mieux, mais en même temps, j’ai pris cette semaine pour essayer d’apprendre tout ce que je pouvais. Le processus était beaucoup plus important pour moi que le fait de gagner. Et puis bien sûr, quand j’étais sur scène, avant d’entendre les noms et de découvrir les gagnants, eh bien, ils ont dit d’abord les autres gagnants et j’étais comme, ok, peut-être que je n’en ferai pas partie, mais c’est bon. Je me disais que le processus, le processus est le plus important. Puis quand ils ont dit le nom, mon nom, j’étais comme choqué. Je ne sais pas, mon cerveau s’est arrêté de fonctionner pendant 5 secondes je crois. Yo était près de moi, et elle m’a un peu poussé pour aller chercher le prix. Je ne réalisais pas ce qui se passait. Je souriais juste et ouais, je pense que j’étais dans une autre dimension à ce moment-là parce que je n’ai pas réalisé… J’étais juste très fier du travail que nous avons fait et heureux parce que je pense qu’il est vraiment important que les jeunes chorégraphes essaient de trouver leur chemin pour grandir et prendre place dans ce monde de la danse et de la chorégraphie. Et quand j’ai gagné, je me suis sentie fier pour les cinq participants.

Oui, absolument. C’est aussi une semaine importante en termes de visibilité. La plupart du temps c’était en livestream donc c’est vraiment génial pour ces jeunes chorégraphes… En ce moment, tu es ici avec nous cette semaine pendant notre Stage d’été. En fait, après la compétition, les deux gagnants sont invités à venir au Stage d’été pour travailler un peu plus sur leurs chorégraphies, voir s’ils ont besoin de les peaufiner un peu pour qu’elles soient prêtes pour la prochaine compétition. Parce que ce qui se passe, c’est que ta variation devient une partie du répertoire contemporain pour les prochains candidats de 2023 et tu aurasun rôle majeur dans la compétition puisque tu y seras en tant que coach officiel du Prix de Lausanne. C’est donc un grand pas en avant en tant que chorégraphe, jeune chorégraphe et aussi un vrai privilège de faire partie de ce répertoire. Et donc oui, en ce moment, tu passes une semaine à coacher ces participants et nous voulions savoir comment ça se passe ? Ils sont sur le point de présenter ton solo aujourd’hui et demain.

J’ai essayé pendant ces quelques jours de donner toutes les notions et les informations que j’ai données à Yo Nakajima, parce que je voulais voir comment, en quatre jours, ils pouvaient arriver à leur point maximum, disons. Parce que Yo a eu plusieurs mois pour apprendre la pièce. Mais je vois qu’ils travaillent très dur et très bien. Je suis vraiment heureux et impressionné parce que c’est assez difficile d’apprendre cette pièce en quelques jours. Mais ils arrivent à comprendre les mouvements, à comprendre ce que je cherche. De plus, pour moi, cette chorégraphie est vraiment une question d’expression et de sentiments. Je travaille donc beaucoup là-dessus parce que je pense que le public voit l’expression, il est touché par les émotions du danseur. Et je vois maintenant qu’ils se concentrent beaucoup sur les techniques, sur les mouvements et se souviennent de la chorégraphie. Mais je veux vraiment qu’ils s’amusent surtout parce que ce sont quelques jours, ils apprennent, ce n’est pas une compétition, donc ils peuvent s’amuser plus maintenant. Hier, nous avons eu une bonne discussion et fait un petit discours à ce sujet et j’ai déjà vu la différence. Ils ont changé immédiatement. Ils ont compris qu’ils devaient être plus détendus et, bien sûr, ils doivent se souvenir de la chorégraphie et faire aussi la partie correction. Mais surtout, ce que je veux voir, c’est qu’ils dansent.

Oui, absolument. Et c’est certainement un bon entraînement pour toi puisque les candidats pour la prochaine compétition auront juste appris ta variation via la vidéo, avant d’arriver sur place. Et puis ils arrivent aussi à la compétition et devront absorber toutes les informations que tu leur donneras en seulement quatre jours. Il s’agit donc d’un format similaire. . C’est donc un bon entraînement pour toi, c’est sûr. Quelle serait la partie la plus difficile de ta participation au Young Creation Award, du début à la fin ? Donc depuis le moment où tu n’étais pas encore sélectionné, jusqu’à ta participation au Stage d’été et ta préparation pour devenir coach au Prix de Lausanne.

L’utilisation des mots, ce que vous dites au danseur. Vous devez être vraiment clair, prendre votre temps, peut-être aussi pour expliquer, pas seulement pour montrer, mais pour vraiment leur faire comprendre ce que vous voulez connecter avec eux en tant que personne, en tant que coach, en tant que chorégraphe, je pense que c’est important qu’ils comprennent vraiment ce que vous dites.

As-tu l’intention de continuer sur cette voie de la chorégraphie ou préféres-tu d’abord avoir une carrière de danseur ?

Bien sûr, je veux aussi danser, je veux continuer à chorégraphier et à danser en même temps. Et lorsque ma carrière sera terminée et que je ne pourrai plus danser parce que mon corps ne le permettra plus ou que quelque chose n’ira plus… Eh bien oui, c’est sûr que je veux continuer avec mes projets de chorégraphie et cette passion.

Pour en revenir à ta variation, quand tu l’as créée, as-tu pensé au jeune âge des participants du Prix de Lausanne ?

Bien sûr, je pensais à leur âge. Je pensais aussi à la pression qu’ils subissent pendant la compétition. Je me suis donc demandé comment leur faire faire une variation qui puisse mettre en valeur leurs qualités, leur technique. Et je pensais aussi à ce qui est mieux pour le concours du Prix de Lausanne. Donc, pas seulement des mouvements contemporains, mais peut-être ajouter quelques pas techniques, pour qu’ils puissent voir leur équilibre, leur façon de tourner, les sauts. Je pense que c’est aussi important pour ce genre de compétition de montrer tout ce que vous avez. Donc vos qualités.

La gamme de pas.

Ouais. Donc votre technique, vos qualités, et bien sûr le défi que vous avez. Donc ce n’est pas juste, “Ok, je peux choisir cette chorégraphie parce qu’elle est facile”, mais tu peux choisir cette chorégraphie parce que tu as différentes choses à montrer. Et peut-être qu’une ou deux choses sont faciles, des choses que vous pouvez faire et que vous pouvez adapter à la chorégraphie, et peut-être que d’autres sont des défis, ce que je pense être important à relever, car lors de la compétition, il est important de se mettre au défi, de ne pas se contenter d’être sûr, mais de vraiment sortir de sa zone de confort pour voir à quel point vous vous améliorez pendant la semaine. Et c’est aussi important ce que vous faites après cette semaine, comment vous prenez exactement tout ce que vous avez obtenu de la semaine.

Absolument. Je suis curieuse, as-tu regardé les variations contemporaines des années précédentes pour t’inspirer ou as-tu décidé de partir d’une feuille blanche et d’être aussi créatif que possible ?

Bien sûr, j’ai regardé pas mal de variations contemporaines pour m’inspirer et pour voir aussi, ok, cette variation est plus sur l’équilibre, c’est plus sur la musicalité, c’est plus sur ceci et cela… Et j’ai essayé de faire une sorte d’esprit… le mien. Ok, quelle est la chose importante de ma chorégraphie ? Et je me suis concentré sur l’expression.

Merveilleux. Et dernière question Luca. Quel conseil donnerais-tu aux prochains jeunes chorégraphes qui postulent pour le Prix de la jeune création ?

Ne pensez pas trop à impressionner. Je pense qu’il est vraiment important qu’ils comprennent ce qu’ils veulent faire, ce qu’ils veulent montrer au public, ce qu’ils veulent aussi apprendre de cette expérience, et pas seulement de penser au moment de la victoire ou au prix. Je pense qu’il s’agit vraiment d’apprendre et de tirer parti de cette expérience, et de la faire sienne. Et aussi de travailler sur les diversités et les différents mouvements, les différentes qualités, et pas seulement d’en avoir une. Parce que, bien sûr, vous avez vos meilleurs mouvements, disons, et vous vous concentrez peut-être uniquement sur ceux-ci. Je pense qu’il est important aussi d’ouvrir les yeux et l’esprit et de regarder, de s’inspirer d’autres chorégraphes et de jouer et de se mettre au défi.

Merci d’être avec nous aujourd’hui, et nous nous réjouissons de te voir au 50e anniversaire du Prix de Lausanne.

Merci. C’était un plaisir pour moi.

 

Nous espérons vous voir tous au prochain Prix de Lausanne, qui aura lieu du 29 janvier au 5 février 2023. Merci d’avoir écouté cet épisode, nous espérons que vous l’avez apprécié. N’hésitez pas à cliquer sur “J’aime” et à partager. Si vous avez des questions pour nos futurs invités, envoyez-nous un message via notre site web ou nos médias sociaux. Restez à l’écoute pour le prochain épisode.

Cet épisode a été enregistré en anglais, vous pouvez retrouver sa transcription en français sur notre site.

Hello everyone and welcome to the Prix de Lausanne from within podcast. In this podcast we will talk with some of the key figures of the 50 years of history of the Prix de Lausanne, to have an insight into their professional opinions and shed some light on the most curious, complex and burning issues in a professional dancer’s career path. In today’s episode, we are very happy to focus our attention on the Young Creation Award, our competition for young, talented choreographers. So, how does one go about creating contemporary choreography at quite a young age and while being trained as a classical dancer, what are the main challenges of this competition and what are the insider’s tips to help young people who are trying out the role of a choreographer. Who wouldn’t be a better person to discuss this topic with us but our Winner of the 2022 edition Luca Branca, who has won with his variation, Les Ombres du Temps. Don’t hesitate to watch his variation on our YouTube channel or our website. Luca is currently a dance student at the Princess Grace Academy.

Okay, so Luca, let’s begin. How did you start working on your choreography for the Young Creation Award and what were your first steps?

So I started thanks to Luca Masala, my director because he, he called me in his office and he told me “I received this email from the Prix de Lausanne, and they’re doing this project of Young Creation Award and I wanna ask you if you feel like participating”. And I said, “Of course, what an opportunity!”. And so then I start[ed], I listened to the music because there were [different pieces of] music to choose [from]. And, when I start[ed] to listen to the music, I immediately felt connected and from the music I immediately felt okay, this piece is about a young girl that is feeling like stuck insomething and she has bad thoughts and she tries to get free and just to enjoy life. And then I just sat on the floor and I just got inspired from everything and I just started to move. I started to improvise and then slowly in a kind of already one day I had already kind of the, like the first skeleton of the piece and I was like quite impressed cause I was like not expecting like in one day already to kind of manage to have the choreography. But I was really inspired from this opportunity and everything. And then I [took] three girls because I, I had to choose who had the better movements and could get better my informations. And then I chose Yo Nakajima. After the coaching. Of course I started to work with her and we tried to went in the details we changed a few things. We start[ed] like upgrad[ing] choreography, mak[ing] it more deep and ready to reach for certain things. And yeah, it was quite a long process but really enjoyable.

How long, when did you start to work on this?

I started in the beginning of the season, I think it was end of September, almost. Until December we workedof course we had to find the time also because we had like exams, other classes and, and everything. And then unfortunately I got I got Covid so I couldn’t come back immediately in January after the vacations. So I had to teach her by Zoom. So it was hard. But we managed, so she trained for two weeks by Zoom. Then, when I came back we started working because after a few weeks, two weeks I think, we had to leave for the Prix. And so in the last two weeks I just gave everything, I had all like corrections, all like the last few notes. And then we arrived in Montreux and it was like just wow. I was so happy. And then also when I had the classes with Demian Vargas and Cinthia Labaronne, and it was really nice to hear them talking about like this project. And I got really inspired and everything they said, I was just like, [keeping] my eyes really open, trying to get all the, I don’t know, advices. It was really like interesting. It gave me a lot… Even more like food for my passion of choreographing. I can say after the week there I got even more inspired to keep going with this like passion that I have apart from being a dancer.

Right, just to explain a little bit to our audience, the Young Creation Award is a project for our Partner Schools. And so five dancers from these schools are selected. And they’ve choreographed a solo of about 2.30 seconds on individual dancers. And their piece is already done before the competition. And they come during the week and perfect it with, as you mentioned, Demian Vargas and Cinthia Labaronne. And this past year, they performed both on Wednesday and Saturday and discovered if there were Prize Winners on Saturday. Maybe you can also describe the feeling of finding out you were the winning choreographer.

It was kind of like a blackout because of course I was trying to keep my best but at the same time I took this week as really like trying to learn everything I could. The process was much more important for me than the actual prize. And then of course when I was on stage waiting to hear the names and to find out, well they said first the other winners and I was like, okay maybe I’m not but it’s okay. I was thinking the process, the process is better. Then when they said the name, my name, I was like shocked. I dudon’t know, my brain just stopped working for like five seconds I think. Yo was close to me, and she kind of pushed me to go take the prize. I was like not realizing what was going on. I was just smiling and yeah, I think I was in a different dimension in that moment because I didn’t realize… I was just really proud of the work that we have done and happy because I think it’s really important that young choreographers try to find their way to grow and to take place in this world of dance and choreographing. And when I won I was feeling proud for all the five participants.

Yeah, absolutely. I mean it’s also a great week for visibility. Most of it was livestream so it’s it’s really great for these young choreographers- Right now you’re here with us this week during our summer intensive. So basically, after the competition the two winners are invited to come to the Summer Intensive to work on their choreographies a little bit more, see if they need to tweak a little bit so that it’s ready for the next competition. Because what happens is, your variation becomes part of the contemporary variation for the next 2023 candidates and you have a major role in the competition. You’re invited as an official Prix de Lausanne Coach. So it’s a real big step as a choreographer, young choreographer and also a real privilege to be part of that repertory. And so yeah, right now you’re spending a week coaching on these participants and we wanted to know how is it going? They’re about to actually ppresent your solo utoday and tomorrow.

I’ve tried in these few days to give all the notions and the information that I gave to Yo Nakajima, because I wanted to see how also in four days they can manage to get until their maximum point let’s say. Because Yo had like few months to learn the piece. But I’m seeing they’re working really hard and really good. I’m really happy and impressed because it’s quite hard to learn this piece like in a few days. But they are managing to understand the movements, to understand what I’m searching for. Plus, for me this choreography is really about expression and feelings. So I’m working a lot on that because I think the public, they see the expression, they get touched from the emotions of the dancer. And I see now they’re concentrating a lot about the techniques and about the movements and remember the choreography. But I really want them to enjoy mostly also because it’s few days, they learn, it’s not the competition, so they can enjoy more now. Yesterday, we had a good talk and made a little speech about this and I saw already the difference. They changed immediately. They understood they have to be more relaxed and then of course they have to remember the choreography and make also the correction part of it. But mostly what I want to see is them dancing.

Yeah, absolutely. And it’s definitely a good practice for you because candidates for the next competition they just learn your variation via video, before. And then they also arrive in the competition and have to absorb as much input from you within just four days as well. So it’s a similar format. . So it’s a good practice for you for sure. What would be the most challenging part of your participation in the young creation from A to Z? So from before being selected to coaching now in a Summer Intensive and preparing for becoming a coach for the Prix de Lausanne.

The use of the words, what you say to them. You have to be really clear, take your time maybe also to explain, not just to show, but to really like make them understand what you want to connect with them as a person, as a coach, as a choreographer, I think it’s important that they really understand what you’re saying.

Do you intend to continue on this path of being a choreographer or do you rather prefer first having maybe a dancer career?

Of course I also wanna dance, I wanna keep choreographing and dancing at the same time. And once my career is over and I cannot dance anymore because my body doesn’t permit it or something goes wrong… Well yeah, for sure I wanna keep going with my choreographing projects and this passion.

So going back to your variation when you were creating your variation, were you keeping in mind the young age of the participants of the Prix de Lausanne?

Of course I was thinking about their age. I was thinking about also the pressure that they have during the competition. So, I was thinking how can I manage to make them do a variation that can show their qualities, the technique that they have. And I was thinking also about what is better for maybe Prix de Lausanne competition. So, not just maybe contemporary movements, but maybe to add some technical steps, so that they can see their balance, their way of turning, the jumps. I think it’s also important for this kind of competition to show everything you have. So your qualities.

The range of steps.

Yeah. So your technique, your qualities, and of course the challenge that you have. So it’s not just, “Okay, I can chose this choreography because it’s easy”, but you can choose this choreography because you have different things to show. And maybe one or two things are easy, things that you can do and you can adapt the choreography, and maybe others are some challenge, which I think is important to take, as at the competition is important to challenge yourself, not just to go safe but to really go out also from your comfort zone to see how much you improve during the week. And it’s also important what you do after this week exactly how you take everything you got from the week.

Absolutely. I’m, I’m curious, did you did you watch previous contemporary variations for inspiration or did you decide to keep like a blank sheet for yourself and get it as creative as possible?

Of course I watch quite few of the contemporary variations to get inspired and to see also, okay, this variation is more about the balance, this is more about the musicalit , this is more about this and this… And I tried to make one mind kind of… Mine. Okay, what is the important thing of my choreography? And I focused on the expression.

Wonderful. And last question Luca. What advice would you give to the next young choreographers that are applying for the Young Creation Award?

Don’t think too much about impressing. I think it’s really important that they understand what they want to do, what they want to show to the public, what they want also to learn from this experience, not just to think about winning moment or the prize. I think it’s really about learning and taking this experience, and making it yours. And also to work on diversities and different movements, different qualities, and not to just maybe have one. Because of course you have your best, let’s say moves and maybe you focus just on those. I think it’s important also to open your eyes and your mind and to look, get inspired from other choreographers and you can play and challenge yourself.

Thank you for being with us today, and we look forward to seeing you at the 50th anniversary of the Prix de Lausanne.

Thank you. It was my pleasure.

 

We hope to see you all at the next Prix de Lausanne, which is taking place from January 29th to February 5th, 2023. Thank you for listening to this episode. We hope you enjoyed it. Don’T hesitate to click like and share. If you have any questions for a future guest, send us a message via our website or our social media. Stay tuned for the next episode.

Vous avez des questions?

Participez!

Si vous avez des questions à poser à nos futurs invités, ou si vous souhaitez simplement nous faire part de vos impressions, laissez-nous un message.